ACCUEIL

Bienvenue !

 

L’association Les Travailleurs de la Pensée est une organisation non gouvernementale suisse qui s’engage pour la préservation des dispositions innées des enfants et l’épanouissement du potentiel humain.

Elle promeut également :

  • le droit des parents de prendre en charge l’éducation et l’instruction de leurs enfants,
  • l’acquisition de connaissances, de savoirs et de compétences par l’apprentissage en liberté,
  • la coresponsabilité civile et parentale en éducation,
  • la neurodiversité,
  • la recherche en éducation.

L’Association poursuit des buts éthiques et d’utilité publique. Elle n’a aucune appartenance politique ni religieuse.

Le pilier central des motivations de l’Association est l’accès de tous à une éducation de qualité, tel que décrit à l’objectif 4 de l’Agenda 2030 du développement durable de la Commission suisse pour l’UNESCO. Pour nous, il est le point de départ permettant l’atteinte de tous les autres objectifs.

 

Notre position sur l’instruction en famille (IEF)

 

Nous la définissons avant tout comme un moyen qui permet à certaines familles d’accompagner leurs enfants dans leurs apprentissages et dans l’épanouissement de leurs potentiels, mais aussi comme un moyen d’innovation pédagogique.

 

Par ailleurs, nous observons qu’elle est rarement une reproduction pure de l’école qui se déroulerait à domicile, et cela pour de nombreuses raisons (cf. aux résultats préliminaires de notre enquête).

 

La Commission du droit des parents d’instruire en famille

 

La Commission du droit des parents d’instruire en famille est mandatée par l’Association pour répondre à la volonté grandissante des parents d’accompagner leurs enfants dans leurs apprentissages, hors cadre scolaire. Elle travaille à la mise en place de propositions concrètes qui visent une collaboration active, responsable et respectueuse entre la société civile et le gouvernement.

 

« Le jeu est pour l’enfant la manière la plus directe de se connecter à la vie de tous les jours, à lui-même et au monde. Pour l’enfant, le jeu libre est une nécessité. Une prédisposition, un penchant, souvent un impératif. Il est, pour l’enfant, un accomplissement profond.  » André Stern.