GOUVERNANCE RÉFLEXIVE

Proposition pour une gouvernance réflexive

La démarche de «gouvernance réflexive» que nous proposons est une approche de réflexion collective dans les domaines de l’intérêt public. Elle a été soumise au DFJC en 2018. Cette approche permet :

  • une meilleure compréhension des besoins et des problèmes vécus par les différentes parties concernées
  • une meilleure intercompréhension entre elles
  • la recherche conjointe de solutions, aussi consensuelles que possible, pour la co-construction d’un cadre normatif qui suscite l’adhésion et le respect.

Les Travailleurs de la Pensée, convaincus par le potentiel d’une telle démarche réflexive impliquant une collaboration entre l’État et la société civile, ont décidés, avec le soutien collaboratif de Mme Brabant, d’en expérimenter le potentiel reproductible en Suisse romande.


Un groupe de travail réflexif pour la formulation de propositions de solutions pour le futur cadre légal sur l’instruction en famille

Contexte

Afin de compléter la démarche de l’enquête « Gouvernance de l’instruction en famille – Votre réalité, vos souhaits », nous avons organisé la création d’un groupe de travail réflexif qui a pour objectif de formuler des propositions de solutions qui seront soumises au DFJC et à la DGEO au printemps.

Pour se faire, un appel aux parents d’enfants instruits en famille a été lancé au travers des organisations d’école à la maison vaudoises en décembre 2018, afin de les inviter a participer.

Un groupe de 13 personnes s’est constitué à la suite de la phase préparatoire qui s’est déroulée sous forme de soirée d’information à l’Ecolibre de Montpréveyres. Cette séance avait pour but d’informer les potentiels participants de la nature du travail et des conditions de participation. Un comité de pilotage, composé de trois membres de la Commission suisse du droit des parents d’instruire en famille, Murielle Favre Perret, Fabrice Perret et Carole Bagnoud Aeby, accompagne le groupe et garanti l’application et l’adaptation de la méthodologie de travail.

La méthodologie

La phase 1 de ce travail consiste à dresser un état des lieux selon le point de vue des familles. Pour cela, les participants ont dû  identifier les facteurs facilitants et irritants de la situation telle qu’elle est actuellement, ainsi que les aspects idéaux, acceptables inacceptables. Une fois identifiés, les participants formuleront des situations souhaitées, puis des moyens pour y arriver.

Le groupe prends des décisions aussi consensuelles que possible.

Un rapport final sur les résultats du groupe sera rédigé et validé par l’ensemble, puis rendu public et transmis aux autorités.

L’approche

Cette approche de la gouvernance a été mise en pratique dans divers domaines, comme la gouvernance de la santé, de l’énergie et de l’internet. Elle a même été utilisée en Suisse, dans le cadre de la bioéthique et des recherches sur l’être humain. La professeure Christine Brabant, de l’Université de Montréal, est la première à avoir appliqué ce cadre théorique dans le domaine de l’éducation, justement dans le contexte de l’instruction en famille.

La gouvernance réflexive reconnaît à chaque acteur (État, citoyens, collectifs, institutions) une parcelle de savoir, de compétence et donc, de pouvoir pour la prise de décisions éclairées et aussi consensuelles que possible.